Actualités de Villiers

Jean QUÉMÉNER, la passion de l’aviation

(JPG)

Le 13 octobre 2018, l’Ingénieur Général Jean-Michel Zamparutti, président de la section de l’Essonne de la Société des Membres de la Légion d’Honneur, et vice-président de l’aéroclub GAMA d’Etampes, remettait la croix de chevalier de la Légion d’Honneur à Jean Quéméner dans les salons de la mairie de Villiers-sur-Orge. Cette distinction couronnait l’ensemble de sa carrière dans l’Armée de l’Air. Raoul Gaillard, Président du CRA IDF représentait la Fédération Française Aéronautique.

Jean Quéméner réussit le concours de pilote de chasse de l’Armée de l’Air en septembre 1953. Après un stage de « Dégrossissage » sur avion léger dans un aéroclub il entre dans l’armée de l’air avec l’appréciation de fin de stage « peu attiré par l’aviation en général » !!! Il est affecté à la BE 705 de Clermont-Ferrand pour effectuer sa formation militaire, puis part pour le Canada pour une formation pratique sur Chipmunk, T6 et T33. Breveté pilote de chasse à 20 ans, il est affecté à la 30ème escadre de chasse de nuit sur avion MétéorNF11 et MK7. En 1958, les évènements le conduisent en Algérie, à l’escadrille 10/72 d’Orléansville, aujourd’hui Chlef . Ses missions sur T6 armés, lui valent l’attribution de 3 citations. En 1959, il revient à la 30ème escadre de chasse « tout temps », sur avion SO 4050 Vautour. L’année suivante, un retour en Algérie sur MD315 et Meteor NF11 lui vaut une nouvelle citation et l’attribution de la croix de la valeur militaire avec étoile de vermeil. Entre 1961 et 1972, ses qualités de pilote de chasse sur avions Vautour, CM170 Fouga-Magister MD312 et son comportement militaire exemplaire à la 30ème ECTT escadron 3/30 « Lorraine » lui vaudra l’attribution de la Médaille Militaire et de la Médaille de Chevalier de l’Ordre National du Mérite.

Il quitte l’Armée de l’Air le 31 mai 1972 avec le grade d’Adjudant-Chef, 4900 heures de vol inscrites sur son carnet de vol et la qualification de « chef de patrouille »

Engagé ensuite comme pilote professionnel civil à la section d’entraînement des ingénieurs des Corps Techniques de l’Aéronautique, il intègre le Centre d’Essais en Vol de Brétigny-sur-Orge, en qualité d’instructeur chef de la section d’entrainement des CT.

83 « ingénieurs- pilotes » volent sur CM170 Fouga-Magister, des monomoteurs NORD 1101, WASMER CE43,ROBIN HR100 et des bimoteurs Cessna C 310 et C 411. Il effectue également des formations à la qualification sur MS 760 PARIS et NORD 262.

A partir de 1989, il effectue les transformations des pilotes corps techniques et pilotes d’essais sur SN 601 CORVETTE. Pendant ses « temps libres », Jean Quéméner pilote l’avion de liaison du CEV, le NORD 262 et effectue les liaisons entre Brétigny-sur-Orge, Cazaux, Toulouse et Istres, etc..

Il a la responsabilité de mener des missions particulières, comme la sélection des futurs astronautes en vue des vols à bord de la station américaine SKYLAB et des vols paraboliques sous fortes accélérations sur Fouga Magister. Il participe aux missions AMOR sur DOUGLAS DC7 et à des tirs de missiles depuis le centre d’essais des Landes. D’autres missions complèteront son expérience, telles que la calibration de stations radio au sol dans le cas des PC enterrés, les essais radar aéroportés, sur MYST 20 modifiés, etc…

Jean Quéméner quitte la Direction Générale pour l’Armement le 1er septembre 1995 pour prendre une retraite méritée après avoir volé sur 30 types d’avions différents. Son carnet de vol totalise alors 17 500 heures. Ses compétences exceptionnelles lui ont valu l’attribution de la médaille aéronautique par le ministère de la défense, et il sera promu Officier dans l’Ordre National du Mérite.

La retraite n’éteint pas sa passion pour le vol. Entre 1996 et 2003, il donne des cours de formation aéronautique à l’IMASSA pendant les stages internationaux de qualification de médecine aéronautique. Il forme également des pilotes marocains sur SN 601 CORVETTE dans le cadre de la création d’une compagnie de transport sanitaire entre le Maroc et la France.

L’aviation générale :
En 1972, il passe une qualification d’instructeur au SFACT de Carcassonne. Il devient le chef-pilote de l’aéroclub Maurice Cambois qui dépend du CEV de Brétigny-sur-Orge. Basé aux Mureaux, l’aéroclub vient s’installer à Etampes-Mondésir en 1974. La proximité avec le CEV de Brétigny-sur-Orge permet de faire passer en 6 ans le nombre d’heures de vol annuel de 700 à 4000 heures. Jean Quéméner montre une disponibilité totale pour l’aéroclub. Il fait agréer l’aérodrome d’Etampes pour le vol de nuit pour les avions basés. La technique consiste à baliser la piste au moyen de lampes « LUMOGAZ ». Il fallait 30 minutes pour installer les lampes et autant pour les ramasser après chaque séance de vol de nuit…Grâce à ce système artisanal, l’aéroclub réalise 200 heures de vol de nuit par an, avec une quarantaine de pilotes qualifiés. Tous les élèves et pilotes qui ont eu le plaisir de voler avec Jean Quéméner apprécient son entière disponibilité et son dévouement. Il suffit d’appeler Jean le matin pour voler l’après-midi. Après 46 ans au service de l’aviation légère, Jean Quéméner est aujourd’hui chef-pilote et examinateur PPL à l’aéroclub GAMA d’Etampes. Sa passion pour l’aviation est intacte. Il totalise aujourd’hui 21.000 heures de vols et il a formé plus de 200 pilotes PPL Son activité d’instructeur a toujours été entièrement bénévole. Jean Quéméner porte les valeurs qui ont fait progresser l’aviation légère ces dernières décennies : disponibilité, dévouement, désintéressement, et surtout la passion de transmettre la joie de voler à ses élèves.

Depuis 2008 il est membre du conseil municipal Il est le doyen respecté de l’équipe municipale. Il est le dépositaire du devoir de mémoire, comme en témoigne les articles sur ce sujet dans les derniers bulletins. L’énergie qu’il consacre à l’organisation de commémorations a été saluée par l’ensemble de ses pairs qui l’ont élu Président du comité local de FNACA. En tant que membre du conseil municipal et du conseil d’administration du CCAS il est toujours là pour aider allant même jusqu’à faire des kilomètres dans Villiers pour distribuer le bulletin sur son secteur. Il est toujours là pour donner un coup de main pour ranger après une manifestation communale toujours accompagné par sa fidèle épouse.

28/2/19

Mairie de Villiers-sur-Orge, 6 rue Jean Jaurès, 91700 VILLIERS-SUR-ORGE